Sur le chemin de la Floride


Sur la route de la Floride! Trotter sur le globe un scoop créatif, une inspiration..

Certaines choses changent, d’autres pas. J’avais 7 ans la première fois que je suis allée en Floride. Au grand mécontentement de mon professeur, avec raison je dois dire, j’avais dû m’absenter de l’école dès le début septembre, mon père, grand aventurier avait décidé de nous faire visiter Miami!
Bien que je ne vous révélerai pas l’année où ce voyage a eu lieu, je vous dirai toutefois que de qualifier mon père d’aventurier, même s’il ne s’agissait que d’un voyage à Miami, n’est presque pas exagéré. La route 95, pour ceux parmi vous qui la connaissez, lorsqu’elle n’était pas en réfection, était carrément en construction. Nous étions sans cesse détournés et nous devions circuler sur les petites routes locales, traverser les villes en franchissant chacune des lumières, et ce, plus souvent qu’autrement, dans la circulation serrée des heures de pointes. Ça c’est le bout de mon histoire où les choses ont changé. La route 95, maintenant, large de 3 à 6 voies nous amène directement en Floride dès l’état de New York.
Mais, l’autre bout, c’est celui des  « Waffle House  ». 
LE « Waffle House » n’a pas changé, du premier jour où j’y suis allée avec mes parents, jusqu’à aujourd’hui avec mes enfants. Son style est demeuré le même, et c’est ce qui en fait son charme.
Disons d’abord qu’ils ont principalement pignon sur rue dans les états du Sud, entre autres, là où on croise Pedro du « South of the border », frontière entre les états de la Caroline du Nord et du Sud, et là où sont regroupés des magasins : paradis des pétards, ceux que l’on allume, oui! mais avec du feu.
Revenons au charme des « Waffle House », comme ils sont généralement au Sud, nous les retrouvons au réveil lors de notre deuxième journée de route. En plus de leur personnel au style et à l’accent bien typiques du Sud, notre petit déjeuner dans l’un de ces restos signifie que nous approchons de notre destination et que le froid est déjà derrière nous.
Attention quant à leur charme, c’est surtout comme si le décor et les gens avaient été figés dans le temps. Pour tout décor, il s’agit ici de tables accrochées à un muret de stratifié brun séparant des appareils de cuisson, des articles de cuisine, des cuisiniers et des employés servant aux tables, de la clientèle installée aux toutes petites tables, juste de l’autre côté. Non seulement ces dernières sont petites, mais il semble qu’une assiette soit utilisée pour chacun des aliments du déjeuner.
Alors bien entassés, nous déjeunons sans mot dire et observons les activités grouillantes et écoutons les conversations aux intonations et expressions des plus colorées! C’est un délice!
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s