Archives de Catégorie: Blog à la blague

Son père « i » veux-tu?

Quand mon fils était jeune, comme tous les petits garçons, il avait des amis qui n’étaient pas tous du  même acabit, dont deux frères.

Un dimanche matin, accompagné du soleil levant, le plus petit des deux, âgé de plus ou moins 5 ans, habillé, sans que sa maman l’ait vu, d’un heureux assortiment de pièces de pyjamas et de vêtements de la veille, chaussé de ses bottes de pluie qu’il portait plus souvent qu’autrement, beau temps, mauvais temps, se pointe à la maison avec rien de moins qu’une hache à la main.

Quand nous lui avons demandé qu’est-ce qu’il faisait avec ça, il nous a répondu : « mon père « i » veut » . Suite à notre réaction et nos commentaires, il est retourné chez-lui sans que l’on ait su ce qu’il voulait en faire.

Et lui, sur cette photo, son père « i » veux-tu? Qu’avait-il comme plan  avec ce petit outil léger en main?

Hommes des cavernes

N’y a-t-il pas des choses qui sont « out »?

Si vous vous reconnaissez, eh bien tant pis, à vous de ne pas être susceptible!       

Non, sérieusement je m’en excuse à l’avance, mais il faut bien se distraire un peu.

Alors voici, je ne me présente plus très souvent au comptoir du service à la clientèle, communément appelé « comptoir caisse » de la banque, j’avais donc oublié que, non seulement, il y a encore des gens qui se présentent avec un paquet d’enveloppes contenant, je dis bien, un compte par enveloppe, mais pis encore, je ne savais pas que le livret bancaire n’était pas mort! Pardonnez-moi si vous êtes toujours sur ce mode de transactions, pour ma part l’époque du livret doit correspondre à mon premier emploi. Ne me méprenez pas, je comprends qu’une personne âgée y ait recours, sauf que le client responsable de mon 15 minutes perdus et de ma grande stupéfaction, n’avait ni canne ni ride. N’empêche que nous sommes sortis en même temps, m’étant retrouvée à la « caisse » voisine de la sienne. Il a dû lire dans mes pensées ou peut être dans mes yeux, car il s’est excusé en me disant qu’il n’aimait pas faire de transactions sur Internet, c’est pas grave « man » me suis-je dit, en lui rendant l’un de mes sourires les plus courtois, accompagné de la salutation prescrite : bonne journée!

Somme toute, ne pas faire ses transactions sur Internet c’est un choix que je respecte, mais devait-il faire imprimer et visualiser la mise à jour de son livret après chacun des paiements, c’est pas pousser un peu loin, ça?